Interview:2010-TheendofbeingFR

From Death In June
Jump to: navigation, search

Interview avec Death in June pour l’album Peaceful Snow

Je suis très privilégiée d’avoir la chance de m’entretenir de nouveau avec Douglas P. de Death in June, cette fois-ci pour discuter de son nouvel album, l’étonnant Peaceful Snow. Après cette interview vous aurez également la chance d’en apprendre plus sur Miro Snejdr, le formidable musicien qui accompagne Douglas P. au piano pour cet album et qui a interprété plusieurs chansons du répertoire de Death in June sur l’album bonus Lounge Corps. Je les remercie tous deux sincèrement et je leur souhaite un énorme succès avec ce superbe nouvel album.

Depuis notre entretien précédent, concernant The Rule of Thirds, il y a eu plusieurs rééditions et de nouveaux items de Death in June disponibles; je voudrais passer en revue quelques-uns de ceux-ci avec vous:

Le coffret Symbols and Clouds- Après la réédition 20e anniversaire de Brown Book, je me demandais bien comment vous pourriez la surpasser; vous avez relevé le défi avec brio avec le magnifique coffret Symbols and Clouds. Est-ce que celui-ci est la dernière de vos rééditions spéciales?

Je croyais également que le coffret rond en pierre 20e anniversaire Brown Book serait difficile à surpasser, mais nous avons réussi en effet avec le boitier de pierre et de granit Symbols and Clouds en forme de croix européenne. Ma copie de ce boitier occupe une place de choix sur ma table à café dans ma maison, Fort Nada. Le boitier est posé sur une plaque en bois gravé de swastikas tournoyants que j’ai achetée à Brest lorsque Death in June a joué son concert final à ‘La fin du monde’ (le Finistère) en 2005. Y-a-t’il un lien entre ces deux objets m’indiquant que cette boîte marque la fin de ces rééditions? Je n’en suis pas certain, mais les deux semblent reliés.

Le livre Nascosto tra le Rune qui est sorti cette année est absolument superbe. Etes-vous heureux du résultat final? Plusieurs personnes vous ont demandé ‘Pourquoi est-il en italien? Sera-t-il disponible en anglais, en français?’ Que comptez-vous faire?

En ce moment je considère le faire traduire dans quelques langues, alors il est possible qu’il soit publié en anglais, allemand, français, et/ou espagnol l’an prochain. Il est trop tôt pour te donner une réponse précise. Le livre est en italien car le journaliste qui a écrit le texte et a fait les démarches pour la publication de ce livre, Aldo Chimenti, est d’origine italienne. Je l’ai rencontré pour la première fois lors de la tournée italienne pour l’album "NADA!" en1985, et il m’a interviewé au cours des 9 ou10 dernières années, jusqu’à cette année 2010, spécifiquement pour ce livre. Alors, ce n’est pas difficile à comprendre le pourquoi – je n’essayais pas de faire le difficile en publiant ma première biographie officielle en italien pour quelque raison que ce soit! De surcroît, Death In June a un large public en Italie, alors c’est tout simplement comme cela. Il y a de cela 15 ans, un livre en français (Le Livre Brun) et un en anglais (Misery And Purity) sont parus sur Death In June; cependant je n’ai pas eu grand’ chose à faire avec ceux-là, en comparaison. Celui-ci cependant est presque tout-à-fait à jour et a beaucoup d’importance pour moi, donc il sera fort probablement publié en quelques langues. Je sais du moins que ce livre est composé d’entrevues exclusives et que celles-ci sont traduites fidèlement. En ce qui concerne le reste du contenu, écrit dans une langue que comprends pas entièrement, il n’y a rien qui me saute aux yeux et me fait rugir « ceci est faux! » Mais, bien sûr, je n’ai pas encore vu de traduction complète en anglais. Pour ceux qui ne comprennent pas l’italien et veulent tout simplement regarder le grand nombre de photos, il y a une entrevue en anglais sur le cd accompagnant le livre, ainsi que quelques chansons de Death in June et de rares publicités radio, alors ceci peut aider à atténuer le problème de compréhension un peu.

Puisque je suis à lire le livre lentement avec l’aide d’un dictionnaire, je ne peux porter de commentaires sur le contenu du livre, mais je peux vous poser une question sur les photos que vous avez choisies – Vous avez mentionné sur le Yahoogroup de Death in June qu’il y a certaines personnes en particulier que vous ne vouliez absolument pas voir dans le livre; cependant, certaines photographies que vous avez choisies sont un peu surprenantes, telles que celles de David Tibet. Pourquoi l’avez-vous inclus?

Il y a quelques années j’ai dit "Free Tibet!", et je le pense vraiment. Il s’est jeté son propre sort de par ses paroles, et il en porte encore les cicatrices. Je crois qu’il sait au plus profond de lui-même que ce qu’il a dit et a fait était mal. Il serait vraiment stupide s’il ne le savait pas! Il a suivi le mauvais chemin. J’ai essayé de l’aider, d’illuminer sa voie du moins. Mais de façon certaine, il n’y a aucun désir que nos chemins se croisent de nouveau. Nous avons partagé un parcours important pendant un bout de temps, mais nos chemins se sont séparés à une intersection.

Certaines personnes cependant sont au-delà de la rédemption – et de l’illumination. Ils suivent véritablement la piste des pourchassés, semée de mines et de pièges qu’ils ont eux-mêmes fabriqués. Je me réjouis de les voir devenir de plus en plus infirmes et désemparés. Les chiens de la plus basse espèce qui dévorent leurs propres excréments ne méritent pas d’apparaitre en photos. Ce n’est certainement pas le genre de chose que je voudrais voir. Qui voudrait? Les menteurs, fourbes, grossiers et vulgaires se dévoilent eux-mêmes pour ce qu’ils sont vraiment, alors ils n’ont pas besoin de mon aide. Charlie Manson marquait d’un 'X' les gents qu’il voulait voir rayés de sa vie, une méthode qui fut démontré historiquement comme étant très efficace. A côté de la ATWA (NDLR: Ce qui signifie Air, trees, water, animals et All the way alive), ceci fut une autre bonne idée qu’il a eu. Charlie en a certainement eu quelques-unes de bonnes.

Le nouvel album s’intitule Peaceful Snow (NDLR: Neige paisible). Quel fut le catalyseur pour cet album – Est-ce que fut le moment où vous avez entendu les chansons de Death in June interprétées au piano par Miro Snejdr? Est-ce que vous l’avez découvert grâce à YouTube?

Certains membres du Yahoogroup de Death in June ont attiré mon attention sur lui en avril 2009. Je leur suis très reconnaissant. J’ai regardé les vidéos que Miro a posté sur YouTube de ses versions instrumentales de deux chansons de Death in June provenant de l’album The Rule Of Thirds. Grâce à ces membres, Miro et moi avons été mis en contact. Je ne sais pas si ceci fut le catalyseur pour l’album Peaceful Snow, ou si ce fut le fait de regarder de ma fenêtre la destruction que l’hiver 2009 a apporté à ma propriété.

Sur le Yahoogroup de Death in June, vous avez décrit le procédé d’enregistrement ainsi: "J’ai écrit toutes les chansons a la guitare, et j’en ai même enregistré quelques-unes au clavier. Ces démos furent envoyées à miro pour qu’il les interprète au piano. Puis, j’ai réenregistré les vocaux afin de les jumeler a sa musique, et je n’ai utilise que ma voix pour créer des sons et effets additionnels. Ce fut une discipline plutôt stricte et parfois difficile, mais que je voulais essayer.” Est-ce que ça a été plus difficile d’enregistrer l’album ainsi, a distance, plutôt qu’avec un ou des musiciens en studio? Est-ce que vous avez eu à demander à Miro de refaire certaines partitions ou compositions plus d’une fois?

J’ai cru que ce serait plus difficile que ça ne l’a été en vérité. Si Miro avait manqué une mesure ou un couplet dans son interprétation de ce que je lui avais envoyé, je faisais avec ce qu’il avait enregistré et j’ajustais mes paroles en conséquence. Mais ceci ne s’est produit que rarement. Ce dont je me suis rendu compte est que chanter une version de votre chanson sur laquelle vous ne jouez pas d’instrument nécessite certaines capacités particulières. Même si j’avais écrit ces chansons, le fait que je ne jouais pas d’instruments sur ces chansons et que maintenant je réenregistrais les vocaux pour ces mêmes chansons fut bizarre. J’ai dû vraiment faire attention à mes points de repères. A la fin j’ai commencé à m’asseoir dehors sur la propriété de fort nada tous les jours, qu’il faisait 45 degrés ou zéro degrés., avec une petit stéréo portative sur laquelle j’écoutais les versions de Miro plusieurs fois, tout en me faisant des notes sur mes feuilles de paroles et en chantant avec la musique afin d’obtenir le bon synchronisme. Ceci a rendu le travail dans le studio moins stressant.

Les paroles qui peuplent cet album me semblent très denses et complexes, et on pourrait dire qu’elles comptent parmi vos paroles les plus personnelles à ce jour; est-ce pourquoi vous avez choisi de ne pas les imprimer pour accompagner le CD?

Non, pas vraiment. Ce fut une décision prise plutôt parce que, en réécoutant les chansons lors du mixage et à la maison, j’ai découvert que plusieurs de ces paroles avaient un double sens ou elles pouvaient être mal-entendues de plusieurs façons et que même un anglophone pourrait les interpréter de plusieurs façons. J’ai commencé moi-même à réinterpréter leur sens ou message originel. J’ai trouvé cela un peu étrange car habituellement ceci se produit beaucoup plus tard après la parution de l’album, plutôt qu’au cours de l’écriture et l’enregistrement. J’ai toujours apprécié combien intéressants et puissants ces double sens peuvent être en comparaison ou en annexe au sens original. Après tout, si ce n’avait pas été de moi ayant mal-entendu quelque chose qui a été dit au studio Alaska à Londres en 1981, le nom de Death in June n’existerait pas. Donc, Peaceful Snow se classe dans la même catégorie que The Guilty Have No Pride, Burial et All Pigs Must Die, c’est à dire and la catégorie des albums de DIJ n’ayant aucune paroles accompagnant le CD.

Est-ce que certaines chansons qui sont plus intimes sont difficiles à chanter, comme par exemple la chanson-titre au cours de laquelle vous chantez à propos de votre père?

Mon père est décédé il y a plus de 40 ans passées alors sa mort n’est pas un sujet ‘difficile’ ou tabou, et même je ne crois pas que ce l’a déjà été pour moi. J’étais prêt à sa mort. Lui aussi, d’ailleurs. Ca a ébranlé d’autres personnes, moins bien informées, plus que lui ou moi. De toute façon, je ne chante pas vraiment à propos de lui. Ces mots me sont venus en tête alors que je regardais par la fenêtre de mon bureau tout en écoutant la musique de Miro; j’observais à quel point Fort Nada avait été transformé par les tempêtes hivernales. Celles-ci ont causé beaucoup de dégâts mais par la grâce des Dieux personne ne fut tué et la maison fut laissée indemne. Il n’y a pas de raison réfléchie donnée à ces mots – ils se sont tout simplement présentés à moi. Et qui plus est, ces instances surviennent rarement. La plupart du temps, l’écriture des paroles est une tâche beaucoup plus laborieuse. J’imagine que s’il y a une entité consciente ou perceptible ou quelque chose d’autre après la Mort, appelez ça ce que vous voulez, s’il y a quelqu’un qui devrait bien savoir quand je suis devrai mourir ou à le rejoindre dans la neige paisible, ce serait mon père. Alors je fus content de ces mots et je les ai acceptés comme les catalyseurs qu’ils ont été.

A Nausea est l’une de mes chansons préférées de l’album; je crois qu’elle met magnifiquement en valeur votre voix, que je trouve particulièrement émotionnelle sur cette chanson. Mais il y a également quelque d’étrange sur cette chanson – il y a cet échantillonnage bizarre qui répète les mots ‘half-crazed’ (moitié fou) à travers la chanson. C’est comme si vous vouliez la ‘salir’ ou la rendre moins belle (peut-être moins pop?), et vous faites ceci à quelques reprises à travers l’album. Quel était votre but?

Il n’y a pas d’échantillonnage sur cet album. Je crois avoir expliqué au cours d’une autre entrevue qu’avec cet album, je tenais à travailler sous certaines restrictions, c'est-à-dire en n’utilisant que le piano de Miro et ma voix. Ce processus est un prolongement de ma déconstruction de Death In June. L’instrumentation était largement dépouillée sur The Rule Of Thirds en 2008 et cette fois-ci, à part ma guitare, je voulais continuer à dénuder presque tout le reste. Un peu comme ma ‘carrière’ dans le porno gay, ha ha! Cet album est sensé se dévoiler à l’auditeur de façon plus intime. Ce que tu désignes comme étant un échantillonnage est ma voix ayant été traitée électroniquement. Death In June présente presque toujours une vision des choses comme étant douce-amère, aigre-douce, une rose poussant auprès d’une canalisation d’égout. C’est cette juxtaposition d’opposés que je trouve si attrayante. Je considère que c’est un autre ‘pas de l’oie’ dans la bonne direction. Cependant, en 2010 je marche sur un air différent.

J’ai été surprise de vous entendre utiliser la phrase “Tyme Tryeth Truth” dans la chanson Neutralize Decay; Je sais que cette phrase est une devise familiale entre autres, mais c’est aussi une phrase souvent associée au groupe Current 93 (ayant été utilisée sur l’album Earth Covers Earth). Est-ce que c’est une réponse à cette chanson du même nom?

Ces mots sont inscrits au dos du temple qui apparait sur la couverture de l’album "NADA!"; ils me sont familiers depuis la fin des années 1960, quand mes parents nous emmenaient, ma sœur benjamine et moi, nous promener en bicyclette à l’immense Cimetière Brookwood durant les beaux weekends d’été. C’est lorsque j’ai décidé que nous allions prendre les photos promotionnelles pour l’album "NADA!" à Brookwood, le vendredi 13 juillet 1984, que David Tibet vit pour la première fois ces mots inscrits sur le temple. Les photos sur lesquelles il apparait furent utilisées sur l’album suivant intitulé 93 Dead Sunwheels. Cette inscription lui a probablement fait une plus grande impression deux ou trois ans plus tard, lorsque nous sommes retournés à ce cimetière pour la séance de photographie pour l’album The World That Summer durant l’hiver 1985-86, et pour Current 93 vers la fin de l’été 1986. Nous n’avons pas pris de photos du temple mais nous n’étions pas bien loin et nous l’avons montré à Freya et à Rose McDowall. De toute manière, je crois que je peux me réallouer ces mots, et je me sens à l’aise pour le faire. En tant que devise familiale ces mots ne sont pas reliés directement ni à moi ni à lui, et si Tibet veut prétendre qu’il les a découvert sur un vieux manuscrit provenant de la bouche d’un cadavre de singe de la foret malaysienne, il ment! Et Dieu interdit le mensonge!

Il y a un fantastique CD bonus qui vient avec les 3,000 premières copies de Peaceful Snow intitulé Lounge Corps, mettant en vedette des pièces de Death in June interprétées au piano par Miro. Je crois avoir lu en quelque part qu’au début, vous n’alliez sortir que cet album, mais avec piano et voix. Est-ce vrai? Aviez-vous pensé à réinterpréter vos vieilles chansons ainsi?

Non, ce n’est pas ce que nous voulions faire (quoique maintenant tu me donnes une idée - Merci!). J’ai été vraiment impressionné lorsque j’ai entendu ces versions instrumentales des chansons de mon répertoire, et l’intention première fut de les sortir en album tout simplement comme cela. Cependant, les chansons Peaceful Snow et The Maverick Chamber me sont soudainement apparues et j’ai décidé que nous devrions faire ces deux chansons également. Puis la Muse et la Nausée sont descendues sur moi; après m’être déplacé à quelques-uns de mes endroits favoris où je vais pour me concentrer, j’ai pu écrire quelques autres chansons et je savais que j’avais les débuts d’un nouvel album.

Vous avez mentionné dans le magazine D-Side d’octobre 2009 que The Rule of Thirds vous semblait comme un opus final; puisqu’il ne le fut pas, est-ce possible que Peaceful Snow soit le dernier album de Death in June?

On ne peut prédire ce genre de chose. Maintenant que tu me poses la question, je réalise qu’en dehors des albums compilations, remixes et albums présentés par Death in June, Peaceful Snow est le 13ième album ‘régulier’ de Death In June. Et j’ai toujours aimé de chiffre '13'.

Vous avez mentionné qu’il serait possible qu’un DVD de Death in June sorte un jour ; est-ce encore le cas ? Si ce l’est, est-ce l’un de vos projets pout le 30e anniversaire de Death in June? Y aura-t-il d’autres surprises pour cet anniversaire ?

Il y a plusieurs projets en marche pour marquer le 30e anniversaire de Death in June en 2011 mais pour ne pas tenter le destin je ne veux pas trop en discuter pour le moment. Le projet de DVD a eu un début prometteur, mais semble être dans l'impasse pour le moment. Nous verrons bien si ce projet peut revenir sur la bonne voie pour l’an prochain. Je ne retiens pas mon souffle tant que je ne mets pas la main à la pâte et façonne moi-même le projet et commence à faire avancer les choses. Sinon, tout n’est que conjecture et tape-à-l’œil.

Ma dernière question porte sur les musiciens et autres artistes utilisant la technologie pour rester en contact avec leurs fans. Avec votre participation dans le Yahoogroup de Death in June, vous étiez en avance sur bien des artistes ayant maintenant une page sur Facebook ou un compte Twitter. Que vous a-t-il décidé à prendre cette décision à l’époque? Quelles sont vos limites par rapport à votre participation dans les sites Web de médias sociaux ?

Initialement, la maison de vente par correspondance de Death In June avait cultivé un très grand et loyal groupe de ‘clients de base’ – c’est ce que les compagnies appellent les fans, maintenant. Cependant, à cause du manque de temps et de la logistique requise j’ai arrêté de m’occuper moi-même de cette entreprise en 1997, ce qui a créé un vide pour certaines personnes. Puis, par décembre 1999, Dekatria (le modérateur) a configuré le Yahoogroup de Death in June indépendamment de moi, et ce groupe survint à un moment où il y avait beaucoup d’hostilité envers moi publié sur le www par World Serpent et leurs amis. Les années de litige commençaient. Je me suis impliqué dans le groupe et il s’est révélé comme étant un outil efficace non seulement envers l’ennemi mais également pour demeurer en contact avec plusieurs des fans avec une touche personnalisée, au meilleur de mon possible. Le Yahoogroup de Death in June demeure aujourd’hui le phare des communications de Death in June. Je n’ai pas de lien personnel avec qui que ce soit sur Myface ou Spacebook ou Twitnet. Et je ne crois pas que ceci va changer dans le futur. Je n’ai pas de téléphone cellulaire en passant. J’en ai jeté trois! Je ne ressens pas le besoin d’être en contact constant et je ne ressens pas le besoin de dire à tous le monde que je suis en train de ‘placer un pied devant l’autre’, par exemple. Je suis content que je puisse encore le faire, cependant !

Heilige, Douglas P. 23.X.10.


Interview avec Miro Snejdr

Beaucoup de gens écoutant l’album Peaceful Snow ne connaissent pas Miro Snejdr, alors parle-nous un peu de toi ?

J’habite à Londres (GB) depuis les 6 dernières années mais je suis originaire de Slovaquie. Je joue de l’accordéon depuis que je suis tout petit, mais j’ai toujours voulu jouer du piano, alors un jour je m’en suis acheté un et j’ai commencé ainsi!

Ta virtuosité au piano est remarquable. Tu joues depuis combien d’années? Est-ce que tu joues d’autres instruments?

Merci. Cela fait six ans que je joue du piano. Comme je vous l’ai dit, je joue de l’accordéon et un peu de guitare. J’aimerais apprendre à bien jouer de la guitare, ceci me rapprocherait du monde de Death in June encore plus!

Est-ce que quelqu’un t’a influencé à devenir musicien, ou est-ce que tu avais un talent inné?

Ce qui m’a influencé le plus fut simplement d’écouter de la musique tout le temps. Je n’avais pas le désir de devenir ‘comme lui ou comme elle’. La musique m’a toujours semblé un choix naturel. Ca n’a été qu’une question de temps avant que je n’écrive de la musique moi-même. Mes parents se sont rendu compte très tôt de mon habileté et m’ont toujours soutenu, et pour cela je leur dois ma reconnaissance éternelle.

Une photo de ton bras tatoué apparait sur l’une des cartes postales incluses dans l’emballage du 7” de Peaceful Snow, ainsi que sur la pochette du CD bonus Lounge Corps. Ton tatouage porte l’inscription "It is the fate of our age that we fight in isolation", inspiré par Death in June. Ca fait longtemps que tu es fan du groupe?

La première fois que j’ai entendu Death in June fut avec l’album The Rule Of Thirds. Dès que j’ai entendu The Glass Coffin, je savais que c’ était quelque chose de spécial. Très peu de chansons ont eu un tel effet sur moi. J’ai passé des jours à écouter The Glass Coffin à répétition et à toutes les fois c’était comme une nouvelle aventure Eventuellement j’ai acheté tout le restant du catalogue de Death in June et ça a été pour moi le nec plus ultra. Je n’avais pas besoin de chercher pour quoi que ce soit d’autre. Death in June est devenu une partie de moi - Douglas P., les masques, les runes, je trouve tout cela fascinant.

Comment en es-tu venu à jouer sur ce nouvel album de Death in June?

Après avoir mis les vidéos de mes versions instrumentales de deux chansons de Death in June sur You Tube. Douglas m’a contacté, nous avons échangé plusieurs courriels, puis il m’a demandé de jouer les pièces au piano pour l’album au complet. Ceci m’a transporté de joie, je ne pouvais pas croire ce qu’il me demandait! J’ai encore de la difficulté à le croire ! Puis nous sommes arrivés à une entente concernant les versions instrumentales des chansons du répertoire de Death in June, et l’album Lounge Corps est devenu réalité. (Note de l’intervieweur: Pour voir les vidéos qui ont démarré cette collaboration, visitez la page You Tube de Miro à l’adresse suivante: http://www.youtube.com/user/spittingatpigeons)

Tes impressions sur le fait de travailler avec Douglas P.?

Ce fut une expérience vraiment mémorable et l’une des meilleures choses qui me soit arrivé dans ma vie. Cet homme est une légende et je le respecte énormément, ainsi que son œuvre.

Quant tu as mis tes vidéos sur You Tube, est-ce que tu t’attendais à ce résultat?

Je ne pensais pas du tout que ça prendrait cette ampleur. Ca a été vraiment génial de lire les commentaires de tous ces gens et je suis bien content que tant de gens aient aimé ces versions. Ces commentaires rétroactifs des fans de Death in June ont beaucoup d’importance pour moi et je tiens à les remercier tous.

Quels sont tes prochains projets musicaux ?

Je suis en train de préparer mon propre album, des compositions qui rappellent des trames musicales de films. Je fais également partie d’un groupe avec mon frère Koozie Johns qui s’appelle Folk Grinder. C’est de la musique 'SEA SHANTY'N'ROCK'N'FOLK'N'ROLL' servie tout droit du cœur avec beaucoup de passion. Vous pouvez entendre quelques exemples des nos chansons sur notre page MySpace: http://www.myspace.com/folkgrinder.