Interview:1997-Cynfeirdd

From Death In June
Jump to: navigation, search

DEATH IN JUNE

C'est avant le concert du Club Dunois du 18 décembre dernier que Cynfeirdd a eu le plaisir de rencontrer Douglas Pearce et Boyd Rice, qui nous ont parlé de leurs nouveaux projets; à savoir Kapo!, réunissant Douglas et des membres de Strength Through Joy; et Scorpion Wind formé de nos deux compères. Ces projets simultanés, orchestrés par Douglas P. font apparaître d'une part une musique qui pourrait être labelisée Death In June, tant et si bien que ce qui devait être un maxi de D.I.J., puis un mini-LP est devenu un nouveau side project : Kapo! et d'autre part un double LP se présentant comme la suite de Music, Martinis and Misanthropy, avec des textes récités par Boyd Rice accompagné à la guitare et aux choeurs par Douglas.

Cynfeirdd: Vos dernières productions sont vraiment différentes des débuts de Death In June, les textes sont plus personnels, on a le sentiment d'une plus grande "pureté", quelle est votre opinion sur ces évolutions ?

Douglas Pearce: Je pense que c'est une progression naturelle, c'est purement instinctif, rien n'est planifié ou prémédité c'est juste ma sensibilité à cet instant là, vous savez lorsque j'ai commencé Death In June j'avais vingt quatre ans, j'en ai maintenant quarante, vous changez, même si c'est fondamentalement la même chose, il y a des différences, si vous prenez Heaven Street, la première chanson que j'ai écrite pour D.I.J., et Léopard Flowers, la dernière, officiellement, il y a des références à ce moment et à l'autre moment, ce sont les parties d'un même tout qui se développe avec l'âge.

C: Vous avez fréquemment travaillé avec Rose McDowall et David Tibet, en étant chacun créateur et leader d'un groupe, pourquoi et comment ?

D.P.: Je suppose que c'est plus du respect mutuel, quelque chose comme ça, une sorte de reconnaissance des qualité de chacun, nous pourrions travailler ensemble à nouveau dans l'avenir, nous nous soutenons toujours les uns les autres de toutes les façons.

C: Il a été dit que David Tibet allait jouer ce soir ?

D.P.: Non; désolé c'est une rumeur, mais il y aura un concert de Scorpion Wind avec Boyd Rice ici présent après Strenght Through Joy et Death In June/Kapo!.

C: Un show d'une longueur et d'une intensité rare alors ?

D.P.: Oui, je ne pense pas que nous le referons dans le futur, il y aura d'autres choses, mais là, il y a des personnes comme John Murphy (batteur de D.I.J.) qui vient d'Australie, Boyd revient des Etats-unis, je reviens d'Australie également, d'autres d'Irlande et de toute l'Europe, c'est très difficile. La tournée sera d'autant plus courte.

C: Et vous retournez alors en studio ?

D.P.:Non, j'ai passé beaucoup de temps en studio ces trois dernières années, je n'ai pas l'intention d'y retourner pour le moment, mais je vais produire un nouvel album d'Occidental Martyr en rentrant en Australie début février, ce sera un album de chansons populaires australiennes chantées en esperento, ce langage international fabriqué avec diverses langues européennes.

C: Cela reflete-t'il votre idée de l'Europe ?

D.P.: Je pense que oui, je suis intrigué par ça, je veux dire avec réalisme, l' espéranto à été enterré par l'anglais, l'idée était venu d'allemands vivants en Pologne, c'était une bonne idée, car depuis la seconde guerre mondiale, culturellement l'anglais domine le monde, à cause du résultat de ce conflit. L' espéranto est peut-être un peu hors sujet maintenant mais je suis intrigué par le concept et comme le phrasé d'Occidental Martyr est très fluide, l' espéranto est très intéressant pour ce travail et nous ferons ce CD pour une conférence internationale tenue en Australie en 1997, puis nous le distribuerons mondialement.

C: Il vous arrive d'évoquer les sept pêchés capitaux, êtes vous toujours un ardent combattant de l'église catholique?

D.P.:Ce n'est pas un combat délibéré contre la religion catholique, je veux dire que je n'ai rien contre cette religion précisément, d'ailleurs la majeure partie de ma famille, dont ma femme, est convertie à la religion catholique. Cela personnifie seulement les aspects les plus populaires de cette religion destructrice et néfaste pour l'humanité, je pense que la chrétienté est le plus grand pêché de tous. les églises sont les plus grands monuments de la subjugation du genre humain.

C: Etes vous intéressé par les technologies modernes, avez vous un site web ?

D.P.: Pas vraiment, d'autres s'en occupent pour moi, il y a trois site D.I.J. sur internet, je n'aime pas la technologie, je suis juste capable d'utiliser une machine à écrire électrique, en studio je préfère payer quelqu'un que d'essayer de comprendre comment ça marche, je suis dépassé par les ordinateurs.

C: Quelle est votre regard sur la carrière de Death In June?

D.P.: Je pense que Rose Clouds of Holocaust est mon meilleur album, j'ai un certain sentiment de perfection à son égard, j'ai connu une certaine panique durant son enregistrement, c'était un moment étrange, c'était bon de l'enregistrer en hiver, il y avait une sorte de magie.

C: Vous parlez de magie, y croyez vous ?

D.P.: Oui bien sûr

C: Quelle sorte de magie pratiquez vous ?

D.P.: Tout ce qui marche!,toujours très fortement basé sur la mythologie nordique, les runes, la divination.

C: Pensez vous l'esprit humain capable d'influencer son environnement ?

D.P.: Oui absolument, cela m'aide beaucoup à diriger ma vie.

C: Et vous, Boyd Rice, croyez vous également en la magie ?

Boyd Rice: Oui , tout comme Douglas, mais pour moi, la magie c'est une incompréhension de la façon dont les choses apparaissent dans le monde que l'on ne peut expliquer, ce n'est pas au sens où l'on doit accomplir des rituels, où l'on a qu'à s'asseoir et invoquer pour que des choses ce produisent .

C: Cela influence t'il également votre vie ?

B.R.: Absolument, toute ma vie suit cette voie, lorsque je décide de quelque chose cela doit arriver et je fais tout pour que cela arrive.

C: Merci à tous deux pour cet entretien.

D.P.,B.R.: Merci.

Itw & trad. : L'Archiviste